Publicité temporaire en_tête
Header ad

Venezuela: six députés de l’opposition poursuivis

Venezuela: six députés de l’opposition poursuivis
468×60 content ad
La Cour suprême du Venezuela, que l’opposition accuse d’être pieds et poings liés au pouvoir, a ordonné mardi l’ouverture de poursuites pénales contre six députés d’opposition à Nicolas Maduro, une semaine après l’appel au soulèvement lancé par Juan Guaidó, que ces parlementaires ont soutenu. La décision, dont la Cour a publié des extraits dans un communiqué, doit être remise au procureur général du Venezuela Tarek William Saab « afin que celui-ci poursuive l’instruction pénale de cette affaire ».

Elle doit également être remise à l’Assemblée constituante, entièrement composée de fidèles du chef de l’État, et dont le président, Diosdado Cabello, a averti qu’elle comptait lever l’immunité parlementaire des députés qui ont soutenu le soulèvement militaire raté du 30 avril. Henry Ramos Allup, Luis German Florido, Marianela Magallanes Lopez, José Simon Calzadilla Peraza, Amerigo De Grazia et Richard José Blanco Delgado sont notamment accusés de « haute trahison » et de « conspiration », mais les magistrats ne précisent pas les faits exacts qui leur sont reprochés.

Dans un premier communiqué, la Cour suprême avait d’abord évoqué des poursuites contre sept députés. Dans une deuxième version, seuls six noms apparaissaient. Mardi dernier, ils avaient soutenu, comme nombre de leurs pairs, l’appel au soulèvement militaire lancé par le chef de file de l’opposition, Juan Guaidó, qui est aussi président de l’Assemblée nationale.

À Washington, les États-Unis ont levé mardi les sanctions contre le chef du renseignement du président Nicolas Maduro au Venezuela, « qui a fait défection la semaine dernière » au profit de l’opposant Juan Guaidó, a annoncé le vice-président américain, Mike Pence.

Il s’agit de la première confirmation officielle de cette défection du général Manuel Cristopher Figuera, directeur général du Sebin, le service national de renseignement. « J’espère que les mesures que notre pays prend aujourd’hui en encourageront d’autres à suivre l’exemple du général Cristopher Figuera », a lancé Mike Pence lors d’un discours devant la conférence annuelle des Amériques à Washington.

Prisonniers politiques

Plus de 2000 personnes ont été arrêtées au Venezuela depuis le début de l’année pour des raisons politiques, la plupart lors de manifestations contre le président Nicolas Maduro, a annoncé mardi Foro Penal, une ONG de défense des prisonniers politiques. « Entre le 1er janvier et le mois de mai 2019, 2014 personnes ont été arrêtées, en majorité des manifestants », a déclaré Alfredo Romero, le directeur de Foro Penal, pendant une conférence de presse.

Selon M. Romero, sur ces 2014 personnes, plus de 800 sont toujours détenues à l’heure actuelle, dont plusieurs militaires. Les manifestations se sont multipliées dans tout le Venezuela depuis que Juan Guaidó s’est proclamé président par intérim, le 23 janvier, et qu’il a été reconnu comme tel par une cinquantaine de pays, dont les États-Unis.

Source : Ledevoir

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.