Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Publicité temporaire en_tête
Header ad

Syndicat estudiantin-Côte d’Ivoire: Libéré après 3 mois de prison, Aristide Ozoukou, ledear de la COEECI s’exprime

Syndicat estudiantin-Côte d’Ivoire: Libéré après 3 mois de prison, Aristide Ozoukou, ledear de la COEECI s’exprime
468×60 content ad
Aristide Ozoukou est libre de tout mouvement depuis le mardi 30 avril 2019, trois mois après son arrestation à Divo et sa détention à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan.

Il vient de recouvrer la liberté, il y a 3 jours, comme nous l’a signifié, ce jeudi 2 mai 2019, au téléphone, son secrétaire à l’organisation, Dah Sansan. Aristide Ozoukou, le Secrétaire général de la Coordination des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire est désormais libre de tout mouvement. Même s’il ne bénéficie que de sa liberté provisoire depuis le mardi 30 avril 2019.

C’est à 21h, selon le concerné, que nous avons réussi à joindre, que le leader estudiantin a été informé de sa sortie de sa cellule de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca). « Les autorités judiciaires m’ont remis mon billet de sortie et m’ont signifié que j’étais sous liberté provisoire », a signifié Aristide Ozoukou, qui a aussitôt retrouvé sa famille.

Le Secrétaire général de la Coeeci a été arrêté le 9 février 2019, alors qu’il était à Divo dans le cadre de ses activités syndicales. Le leader estudiantin dit avoir séjourné pendant 5 jours dans les geôles de la Direction de surveillance du territoire (Dst) avant d’être entendu par le procureur le 13 février 2019. Date à laquelle, accusé d’incitation de trouble à l’ordre public, il a été placé sous mandat de dépôt à la Maca. Ainsi, pendant 3 mois, le jeune syndicaliste aura passé sa vie en détention avant de recouvrer sa liberté et d’humer à nouveau l’air frais hors de sa cellule de prison. Tout ce temps durant, Aristide Ozoukou souligne n’avoir eu de contact qu’avec un juge d’instruction du 10ème cabinet du tribunal d’Abidjan situé à Angré. Finalement, il n’aura pas eu de jugement avant sa libération intervenue à la veille de la fête du travail.

Toutefois, cela n’enlève rien à la joie du désormais ex-bagnard, pour qui la liberté n’a pas de prix. « Je remercie tous ceux qui n’ont œuvré pour que cette libération soit obtenue. Merci aux élèves et étudiants, à mes camarades de la Coeeci, à toutes les structures de la Société civile qui, de près ou de loin, ont donné du sien pour que les portes de la prison s’ouvrent sur moiBientôt, je vais m’adresser à tout ce monde », a promis Ozoukou.

Notons qu’il était reproché au leader de la Coeeci ses publications sur les réseaux sociaux, où il appelait les élèves et étudiants à se lever contre les grèves tendant vers une menace sur l’année académique en cours.

F.D.BONY

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.