Publicité temporaire en_tête
Header ad

Situation politico-diplomatique: C’est terminé pour Guillaume Soro

Situation politico-diplomatique: C’est terminé pour Guillaume Soro
468×60 content ad
L’affaire des écoutes téléphoniques, lors du putsch manqué imputé au général Gilbert Diendéré au Burkina-Faso, revient à la surface, pour prendre Guillaume Soro aux pieds et aux tripes, comme un véritable boulet. Selon la « Lettre du continent », dans sa publication n° 797 du mercredi 30 avril 2019, le président démissionnaire de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire a ainsi très peur de quitter le pays, angoissé qu’il est d’être arrêté en dehors des frontières ivoiriennes, dans le cadre de cette affaire où un mandat d’arrêt serait suspendu sur sa tête.

Sous le titre « Guillaume Soro dans la nasse », ce journal informe que le député de Ferké ne bénéficie plus de la protection diplomatique de l’État de Côte d’Ivoire, au point qu’il peut être appréhendé à tout moment. « Alors qu’il a cherché à faire diversion en affirmant vouloir suivre des études « diplômantes » à la prestigieuse université de Harvard, aux États-Unis, Guillaume Soro hésite de plus en plus à quitter le territoire ivoirien », écrit LC.

En mars 2019, lors d’une audience du procès à Ouagadougou du putsch de 2015, le ministre burkinabé de la défense, Chérif Sy, président du Conseil national de transition à l’époque, a accusé, nommément et sans fioritures, Guillaume Kigbafori Soro, alors président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, d’avoir « reconnu » l’authenticité de ses échanges téléphoniques avec Djibrill Bassolé. Dans ces enregistrements téléphoniques, diffusés au cours du procès, on entend deux , présentés comme l’ex-ministre burkinabè des Affaires étrangères Djibrill Bassolé et Guillaume Soro, échanger sur un plan de soutien aux putschistes,et des projets d’assassinats de Chérif Sy et de Salif Diallo, l’ex-président de l’Assemblée nationale burkinabè. L’actuel ministre de la défense, Cherif Sy, soutient que Guillaume Soro a reconnu lors d’une rencontre à Paris en 2015, l’authenticité de ses échanges téléphoniques avec Djibrill Bassolé. « Faux ! », s’est exclamé l’entourage de l’ex-président du Parlement ivoirien. Pour Touré Moussa, le Directeur de la communication de Guillaume Soro, qui a opposé un démenti catégorique aux allégations du ministre Chérif Sy, il s’agit d’un grossier montage contre son patron. Sur Radio France internationale (Rfi) en mars 2019, il a explosé. « J’observe que Chérif Sy parle d’une rencontre qui aurait eu lieu à Paris en octobre. En octobre, Guillaume Soro n’était pas à Paris, il y était plutôt en décembre. Ensuite, il dit, toujours devant le tribunal et donc étant sous serment, que Guillaume Soro, à Paris, lui aurait envoyé son chargé de communication. Le chargé de communication de Guillaume Soro, c’est votre serviteur. J’étais avec lui à Paris, et il n’y a jamais, je dis bien jamais, eu de tentative d’approche de Chérif Sy par moi ou par quelqu’un d’autre… », avait expliqué Touré Moussa.
Le procès du principal accusé, le général Gilbert Diendéré, l’ancien patron de la garde rapprochée du président déchu, Blaise Compaoré, accusé d’atteinte à la sûreté de l’État et de violences, est toujours en cours au Burkina Faso. Et, une comparution de Guillaume Soro, en tant que témoin ou accusé, devant le Tribunal militaire, est toujours sur la table, au « pays des hommes intègres ».


Armand B. DEPEYLA/Linfodrome

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.