Publicité temporaire en_tête
Header ad

Qui est Nady Bamba, la seconde épouse de Laurent Gbagbo qui l’accueille en Belgique?

Qui est Nady Bamba, la seconde épouse de Laurent Gbagbo qui l’accueille en Belgique?
468×60 content ad
Laurent Gbagbo, 73 ans, a été libéré il y a quelques jours par la CPI sous conditions, dont l’obligation de résider dans un Etat membre en attendant un éventuel procès en appel.

Les juges de la CPI de La Haye ont ordonné la remise en liberté conditionnelle de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo ainsi que de son allié Charles Blé Goudé, ex-chef de file des Jeunes Patriotes. Laurent Gbagbo, libéré sous conditions par la CPI, ne retournera pas en Côte d’ivoire.

Sur décision de la CPI, il est obligé de résider dans un État membre en attendant un éventuel procès en appel.

La Belgique ne s’est pas opposée à un regroupement familial de Laurent Gbagbo avec Nady Bamba, sa deuxième épouse, et leur fils David. Le 2 février, la Belgique a annoncé avoir accepté d’accueillir Laurent Gbagbo.

Qui est Nady Bamba, la seconde épouse de Laurent Gbagbo qui l'accueille en Belgique?

Qui est Nady Bamba, la seconde épouse de Laurent Gbagbo ?

Laurent Gbagbo a rencontré Nady Bamba en 1990 lors d’un séjour en France, juste un an après le mariage civil avec Simone Ehivet. C’est en 2001, un an après son élection à la tête de la magistrature suprême qu’il officialisera, dans la pure tradition musulmane sa relation avec Nady Bamba. De cette union, est né un enfant .

Nady Bamba est une ancienne journaliste. Elle a été correspondante de la radio Africa n°1 et a fondé le groupe de communication Cyclone. Elle est âgée d’une quarantaine d’années. Musulmane pratiquante, La seconde épouse s’impose, et devient la chef de communication de son président de mari. Elle a quitté la Côte d’ivoire après la chute du président Gbagbo, en 2010 pour s’exiler à Accra (Ghana), évitant tout contact avec les pontes de l’ancien régime.

La Cour de justice de l’Union européenne gèle ses avoirs et l’interdit de voyager en Europe. Motif : elle fait “obstruction au processus de paix et de réconciliation par l’incitation publique à la haine et à la violence et par la participation à des campagnes de désinformation“. Des sanctions qui seront ensuite levées par la Cour de justice européenne. Mais Nady Bamba reste dans le collimateur de la justice ivoirienne.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.