Publicité temporaire en_tête
Header ad

Europe: Macron revient à la charge

Europe: Macron revient à la charge
468×60 content ad
Le début du quinquennat a été marqué par des ambitions européennes fortes… et des réalisations bien plus modestes, faute de rallier des partenaires. En vue des élections de mai, le chef de l’Etat relance son combat

-un texte de Isabelle Marchais-

Après avoir mis l’Europe au second plan à cause de la crise des Gilets jaunes et du grand débat national, Emmanuel Macron donne mardi le coup d’envoi des élections du 26 mai avec une tribune dans des journaux de tous les Etats membres. Lors d’une interview à la chaîne de télévision italienne Rai Uno diffusée dimanche, le chef de l’Etat a plaidé pour « une Europe souveraine sur le plan de sa défense, sur le plan politique, sur le plan du numérique, sur le plan du climat et de l’énergie, sur le plan de l’alimentation».

lire aussi- Gilets jaunes: l’ex-boxeur Christophe Dettinger face à la justice

Oubliés, les symboles, la grandeur de l’Acropole et de la Sorbonne, l’emphase des longs discours. C’est par le biais d’une tribune dans des journaux des 28 pays de l’UE qu’Emmanuel Macron repart à l’offensive sur la scène européenne. Une façon de se positionner en vue des élections du 26 mai, mais aussi de s’adresser directement aux citoyens de l’Union dans un contexte particulièrement difficile, entre Brexit, poussée nationaliste et démocraties illibérales.

D’autant que la France, ces dernières semaines, a cumulé les fâcheries avec des membres fondateurs de l’UE. L’appel de son président à surmonter le « malentendu » avec Rome, doublé d’une invitation à son homologue Sergio Mattarella – qui n’a pas grand pouvoir – à venir célébrer à Amboise et Chambord les 500 ans de la mort de Leonard de Vinci, ne suffira pas à effacer les tensions entre la France et l’Italie. Les Pays-Bas ont, eux, provoqué l’ire de Paris en s’octroyant, au nez et à la barbe de Bercy, 14 % du capital d’Air France-KLM.

Ces différends interviennent, en outre, sur fond de quasi-paralysie politique à Berlin sur les affaires européennes. « Toute la stratégie européenne de Macron s’est bâtie sur l’Allemagne, mais l’Allemagne n’est pas au rendez-vous(…) lire la suite sur lopinion.fr

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.