Publicité temporaire en_tête
Header ad

Crise au sein du football malien : Le Comité de normalisation dans l’impasse

Crise au sein du football malien : Le Comité de normalisation dans l’impasse
468×60 content ad
L’incompétence avérée du Comité de normalisation dans l’exercice de sa mission ne laisse entrevoir aucune lueur d’espoir si minime soit-elle vers la réussite de sa mission.

Le Comité de normalisation de la Fédération malienne de football a été installé en janvier 2018  par la Fédération Internationale de Football Association (Fifa) au Mali avec une feuille de route comportant trois thèmes important : la relecture des textes s’il y a lieu, un audit judiciaire, l’organisation d’une assemblée générale élective afin de mettre en place un comité exécutif.

Quels sont, de nos jours les résultats à ces différentes tâches ?

  1. En guise de toilettage des textes, aucun document n’a été élaboré et prêt à l’utilisation
  2. La publication de l’audit judiciaire est toujours attendue
  3. L’assemblée générale élective d’un comité exécutif n’est toujours pas programmée quand bien même les problèmes de représentation des ligues (Kayes, Ségou) et de club (Mamahira de Kati) ont été réglés à tort par le Conor dont les compétences n’arrivent pas à ce niveau.

On est en droit de penser que le quorum étant clarifié que le Comité de normalisation allait convoquer l’assemblée Générale élective. Surprise et incompréhension, rien n’a été initié dans ce sens ; pis, on se perd en conjectures d’organiser un championnat national comme seule compétition qualificative aux futures joutes africaines.

Malgré ce lugubre tableau, le mandat du Conor a pourtant été prolongé par deux fois, comme si le Conor obéissait à un programme dont les commanditaires, eux-mêmes enferrés dans un agenda électoral. On pourrait faire en toute logique, le lien de ces décisions de prolongation du mandat du Conor avec une élection prochaine, celle du  président de la Fifa dont le mandat sera remis au vote en juin 2019 à Paris lors du congrès électif de la Fifa.

L’actuelle présidente du Conor ayant découvert les délices de la fonction transitoire, a tissé, avec ses armes, en si peu de temps, avec l’appareil de la Fifa  des relations, pour ne pas dire une dévotion, afin de se maintenir au poste en assurant les autorités de la Fifa d’un vote favorable en juin prochain.

Cette situation, malheureusement, relègue au second plan le règlement de la crise du football malien, attente de toute une nation, au profil de sordides avantages individuels et personnels aux dépens de l’intérêt de tout un peuple pour qui connaît l’attachement du malien à son football.

A titre d’information, n’oublions pas de signaler au passage que les traitements financiers des membres du Conor oscillent entre 4 500 000 F CFA et 3 millions de F CFA mensuels (sic).

Le drame est que ce fonds, soit environ 17 millions de F CFA est prélevé mensuellement sur celui dédié au Mali pour le développement du football malien.

En termes clairs, c’est un fonds qui aurait pu servir au renforcement des capacités des  acteurs du football et à l’amélioration des infrastructures du football (gazonnage, électrification des terrains).

Alors double perte pour le Mali : la crise persiste et des fonds sont perdus dans des dépenses improductives, car n’ayant aucun lien avec le développement de notre football, mais plutôt au profit d’individus pour la plupart n’ayant aucun lien avec le monde du football.

Cerise sur le gâteau : une sentence du Tas arrive en novembre 2018 et constitue pour la présidente une occasion inespérée pour jouer “au temps additionnel” d’une prolongation déjà effectuée. En témoigne les propos tenus par Mme la présidente lors de la réunion d’informations tenue le 14 décembre 2018 avec les acteurs et responsables du football malien.

Illusions perdues pour Mme la présidente du Conor, car en l’état de nos connaissances juridiques des dispositions pertinentes de conventions internationales dont notre pays est partie prenante, enlèvent au Conor la compétence d’exécuter la sentence du Tas ; le Tas qui n’est, en réalité, qu’une cour arbitrale. Cela est confirmé par une lettre de la Fifa en date du 3 mars 2017 en réponse à une requête d’exécution de la sentence du Tas initiée par Yély Sissoko et consorts contre le comité exécutif de la Fédération malienne de football.

En substance, dans un de ses paragraphes, la lettre dit ceci :  “La Fifa n’est pas une instance d’exécution des décisions prises par le Tas au cours d’une procédure de recours contre une décision prise au niveau national… dès lors nous avons le regret de vous informer que la Fifa  n’est pas compétente  pour exiger à ce que soit exécutée ladite décision”.

A présent pourquoi ne pas s’interroger sur la compétence du Conor, qui est une émanation de la Fifa dans la mise en œuvre de la sentence ?

La déception sera grande dans le camp du Conor dans la mesure où un Collectif de quatorze clubs de D1, de D2, de ligues et groupements professionnels ont déjà attaqué la sentence du Tas devant le Tribunal suisse à Lausanne.

La persistance des poursuites auprès des cours et tribunaux au sujet de notre football ne laisse-t-elle pas croire à l’inanité du Conor dont l’incompétence a fait qu’une solution proposée à la crise a été pire que le problème. Dès lors, il appartient aux autorités maliennes d’envisager une autre forme de résolution du cancer qui ronge le football malien.

Notre pays n’a pas l’exclusivité d’une crise dans le football et les autorités doivent s’inspirer des expériences vécues par des pays qui ont pu résorber les crises de  leur football en faisant abstraction du schéma classique d’un Comité de normalisation en puisant dans nos textes propres et se référant à nos valeurs propres.

Source: Maliweb

Source : MALIWEB

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.