Publicité temporaire en_tête
Header ad

Côte d’Ivoire: Un pasteur tué sur le boulevard Valéry Giscard d’Estaing

Côte d’Ivoire: Un pasteur tué sur le boulevard Valéry Giscard d’Estaing
468×60 content ad
L’église évangélique « La foi biblique de Jésus Christ » est en deuil. L’un de ses guides très écoutés, en la personne du pasteur Jean Kouassi Déha, la quarantaine, a été rappelé à Dieu le Père. Bien hélas, de façon dramatique, dans un grave accident de la route. Tristes faits arrivés dans la nuit du mercredi 27 au jeudi 28 février 2019.
-un texte de KIKIE Ahou Nazaire-

Des quelques informations en notre possession, données par nos sources, on retient que cette nuit-là, il est environ 1h du matin, lorsque le guide religieux se retrouve en bordure du boulevard Valéry Giscard d’Estaing. Est-il de retour d’une veillée de prières ? On n’en sait rien.

Toutefois, on apprend que l’homme de Dieu se met à traverser le boulevard à hauteur de l’hôtel « Ibis », à Marcory. Le pauvre ignore-t-il que sur ce boulevard, les automobilistes conduisent comme des dingues ? Et surtout, à pareille heure, où ces conducteurs de véhicules se croient seuls au monde où ils ont déjà endeuillé de nombreuses familles. Malheureusement, celle du pasteur Jean Kouassi Déha, le sera à son tour.

En effet, alors qu’il traverse la voie, l’infortuné est surpris par un véhicule roulant à tombeau ouvert. Ce chauffard qui fonce, fauche violemment le guide religieux, et le projette sur plusieurs mètres. Le pauvre qui retombe sur le macadam, ne se relèvera plus jamais. Il est tué sur le coup.

Entre-temps, ce criminel d’automobiliste ne s’arrête pas. Loin s’en faut. Il n’est pas question pour lui, d’assumer l’odieux acte qu’il vient de commettre. Il poursuit plutôt son chemin à vive allure, et disparaît dans la nature, sans qu’aucun des rares témoins de la scène, n’ait le temps de relever les signalements de sa voiture.

Informés, des éléments de la police arrivent sur les lieux, et procèdent à un constat d’usage. Cela fait, la dépouille du pasteur est enlevée par les services des pompes funèbres, et déposée à la morgue de l’hôpital général de Port-Bouët.

Ainsi, la silhouette de Jean Kouassi Déha, disparaît à tout jamais, de la vue de ses fidèles et des membres de sa famille. Et pour toutes ces personnes éplorées, fasse alors Dieu, que le chauffard en fuite, soit retrouvé. Reste donc à attendre, que leur prière soit exaussée.

Source : linfodrome

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.