Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Publicité temporaire en_tête
Header ad

Côte d’Ivoire : Ouattara ordonne l’arrestation de Bédié ?

Côte d’Ivoire : Ouattara ordonne l’arrestation de Bédié ?
468×60 content ad
Va-t-on vers une poursuite judiciaire ou une tentative d’arrestation du président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié suite à sa sortie de la semaine dernière sur les étrangers en Côte d’Ivoire ? Rien n’est exclu a priori, eu égard aux réactions des tenants du pouvoir qui pleuvent.

La sortie du président du Pdci-Rda sur la situation et l’exploitation des étrangers en Côte d’Ivoire pourrait lui en couter. Au regard, bien entendu, des réactions qui se succèdent du côté des tenants du pouvoir, Henri Konan Bédié n’est pas à l’abri d’une poursuite judiciaire, voire d’une arrestation. Ces cas probables ont été clairement affichés par des proches du président de la République, Alassane Ouattara. Notamment dans le communiqué du gouvernement signé du ministre de la Communication Sidi Touré, son porte-parole, puis la réplique avec précision de l’ancien ministre des Droits de l’Homme, et ex-porte-parole du Rdr, Joël N’guessan, dans une déclaration faite par la suite, ce lundi 10 juin 2019.

-Lire aussi- Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié, auteur des violences à Béoumi, voici les explications

Après avoir pris l’opinion à témoin des propos tenus par le président du Pdci-Rda, le mercredi 5 juin 2019, devant des militants de son parti à Daoukro, le ministre Sidi Touré avait conclu, ainsi : « Le Gouvernement tient à rappeler que l’instrumentalisation de la haine de l’étranger par le Président Henri Konan BEDIE et les dérives qui en ont résulté ont été à la base des différentes crises que notre pays a connues depuis le décès du Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY, en décembre 1993. C’est pourquoi, le Gouvernement condamne cette sortie qui n’honore pas son auteur qui ne doit pas méconnaître les obligations liées à son statut. Le Gouvernement tient à rappeler à tous que le racisme, la xénophobie, le tribalisme et la discrimination raciale ou religieuse sont constitutifs d’infractions prévues et punies par la loi pénale ». Une mise en garde et une sorte de menace à peine voilée que le gouvernement adresse au ‘’Sphinx’’ de Daoukro.

Réagissant à  son tour, et après avoir rappelé le contenu du communiqué du porte-parole du gouvernement, le ministre Joël N’guessan, ex-porte-parole du Rdr, et haut cadre du Rassemblement des Houphouëtistes (Rhdp) va se montrer encore plus précis en ce qui concerne les états d’esprit du côté du pouvoir. « Peut-être que le moment est venu de le contraindre au silence,  car malgré son âge avance, il n’a ni la sagesse ni l’intelligence de ses propos. Il risque, si l’on ne prend garde, de conduire le peuple ivoirien dans l’abime ». Une suggestion qui rend bien sérieuse la menace qui pèse sur l’auteur de l’appel de Daoukro en profonde disgrâce avec ses alliés d’hier.

Dans l’après-midi de ce mardi 11 juin 2019, c’est au tour de la direction du Rhdp de monter au créneau. L’on attend de savoir ce que vont dire les premiers responsables du parti unifié au pouvoir qui entendent livrer leur position sur la sortie du président Bédié et « procèder à l’analyse de la situation sociopolitique ».

F.D.BONY/Linfodrome

Le titre est de la rédaction

Articles similaires

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.