Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Publicité temporaire en_tête
Header ad

Côte d’Ivoire : Bédié et le premier tour de la présidentielle en 2010, un ancien proche de Yao N’Dré confirme les propos de Gbagbo

Côte d’Ivoire : Bédié et le premier tour de la présidentielle en 2010, un ancien proche de Yao N’Dré confirme les propos de Gbagbo
468×60 content ad
« En vérité, en octobre 2010, dès le premier tour, je savais que, Ouattara était arrivé troisième. Et qu’il ne pourrait donc pas participer au second tour. Il ne l’a fait que le cinquième jour. Trop tard, la réclamation n’était plus recevable », a révélé Laurent  Gbagbo depuis la Haye, dans le livre entretien « Libre. Pour la vérité et la Justice » du journaliste François Mattei qui a pour titre « Libre. Pour la vérité et la Justice ».

Cette sortie de l’ancien président ivoirien fait, depuis lors, débat.

Un ancien proche de Paul Yao N’Dré ex président du Conseil Constitutionnel qui s’est confié à KOACI confirme les propos de l’ex chef d’Etat ivoirien.« Je travaillais au Conseil Constitutionnel, nous y avons veillé tous les jours, au second tour, depuis la fin du vote jusqu’à la proclamation des résultats par le Conseil Constitutionnel en passant par la parodie de la CEI. Les conseils de  Bédié ne s’y sont emmenés qu’au lendemain de la forclusion. Ils savaient bien le délai qu’il fallait pour déposer leur requête, tous juristes qu’ils sont, mais ils ont fait exprès. Eux seuls savent pourquoi. Mais en tous cas, ce que le président Laurent GBAGBO à mit dans son livre concernant la démarche en retard du PDCI est exact », a confié notre source.
Selon certains ivoiriens Laurent Gbagbo en tant que candidat, et selon l’article 60 du code électoral, avait le droit de faire une requête au président du conseil constitutionnel pour dénoncer les irrégularités dont il dit avoir eu connaissance, et je cite.
« Considérant que l’article 60 du code électoral modifié par l’ordonnance 2008-133 du 14 avril 2008 portant ajustement au code électoral dispose que tout candidat à l’élection du président de la république peut présenter une requête écrite au président du Conseil Constitutionnel, une réclamation concernant la régularité du scrutin ou son dépouillement. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.