Publicité temporaire en_tête
Header ad

Conflit sud-soudanais: Museveni rencontre l’opposition à Salva Kiir

Conflit sud-soudanais: Museveni rencontre l’opposition à Salva Kiir
468×60 content ad
Le président ougandais Museveni semble prendre une part plus active dans la résolution du conflit sud-soudanais. Médiateur dans cette crise, il était jeudi à Juba où il a rencontré le président Kiir. Il a également rencontré mercredi les leaders du principal mouvement d’opposition- SPLM-IO de Riek Machar. Le conflit civil qui affecte le Soudan du Sud depuis 2013 ne trouve pas d’issue malgré les tentatives de l’IGAD à mener des pourparlers de paix et à avoir arraché un cessez-le-feu en décembre dernier qui n’a pas été respecté.
Cette rencontre a été l’occasion pour le mouvement d’opposition d’exposer ses inquiétudes au président Museveni. Elles concernent notamment l’IGAD, acteur principal dans les pourparlers de paix, explique Angelina Teny, la femme de Riek Machar, membre important du SPLM-IO : « Nous sommes préoccupés par l’IGAD comme garant de la paix. L’accord de cessation des hostilités a déjà été rompu. Et ceci sans aucune conséquence. Quel espoir pouvons nous avoir qu’un accord qui serait signé soit respecté ? »

Le mouvement d’opposition à Salva Kiir espère trouver dans le président Museveni un allié qui a pourtant été à plusieurs reprise pointé du doigt pour son soutien au gouvernement de Juba, notamment par l’envoi d’armes. Henry Odwar, président adjoint du SPLM-IO, dit sa confiance envers le chef de l’Etat : « Museveni nous a affirmé que non, que depuis que les chefs d’Etats de l’IGAD, et que l’Union africaine-Nations unies inclus, ont soulevé ces inquiétudes, l’Ouganda a quitté le Soudan du Sud. Il n’y a pas de soldats UPDF au Soudan du Sud. Alors nous le croyons sur parole. »

Parmi les revendications de l’opposition, notamment la liberté effective de Riek Machar, la libération des prisonniers politiques, la démilitarisation de l’ensemble du territoire, et la création d’une armée nationale qui intègre l’ensemble des groupes ethniques du pays.


Jeudi à Juba, le président Museveni a tenu un discours d’une demie heure à l’occasion de la réunion du Conseil du parti au pouvoir (SPLM) lors duquel il a affirmé que ce conflit ne pouvait être résolu par la force. Museveni a appelé les différents leaders du pays à dialoguer et à organiser des élections nationales.

Source : RFI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.