Publicité temporaire en_tête
Header ad

Cameroun : le journaliste Eric Chinje en prison pour l’opposant Maurice Kamto

Cameroun : le journaliste Eric Chinje en prison pour l’opposant Maurice Kamto
468×60 content ad
La soixantaine, journaliste, Eric Chinje a été le tout premier présentateur du journal en langue anglaise, sur la chaîne de télévision nationale au Cameroun. Il est aujourd’hui directeur général d’African Media Initiative. La semaine dernière, il a effectué une visite à la prison centrale de Yaoundé, pour rencontrer le prisonnier politique, principal leader de l’opposition camerounaise, le Pr Maurice Kamto. Quelques morceaux choisis de sa réaction à sa sortie de la prison.

« … J’étais en prison, j’ai rencontré le Professeur Maurice Kamto. Discuter avec lui fut un grand moment, une opportunité incroyable. J’ai trouvé le Président Kamto assis respectueusement, à l’écart des autres, sur une table avec des livres. Il rédigeait et recevait des gens à tour de rôle, c’était des consultations. Maurice Kamto était comme un président derrière les barreaux… quand j’y suis arrivé. Il était respecté ! Et je suis certain que sa présence dans ces lieux, parler avec les gens, n’enrichit pas seulement les autres, mais lui aussi… ».

Eric Chinje s’est montré très déçu par le traitement que le président Biya, au pouvoir depuis 37 ans, fait administrer à ses opposants politiques : « …Le professeur Kamto ne devrait être en aucun cas derrière les barreaux, car en appliquant la même règle, Paul Biya ne devrait pas être à Etoudi… ».

Maurice Kamto

Mieux, Eric Chindjé qui a été pendant longtemps directeur de rédaction à la télévision nationale du Cameroun, avant d’aller travailler au siège de la Banque mondiale à Washington, demande à ses compatriotes et dirigeants camerounais de dépassionner le débat politique : « … Oui, Kamto et Biya peuvent se parler. Kamto a démontré qu’il pouvait être numéro deux, même dans une élection organisée par Monsieur Biya. Même si on retournait la situation, et que c’est Kamto qui avait organisé l’élection, Monsieur Biya serait arrivé deuxième, et peut-être même troisième… Monsieur Kamto et Monsieur Biya sont des humains, sont des Camerounais. L’un est plus jeune et plus aux faits de la situation du pays, je ne dirais pas lequel, mais les deux devraient se rencontrer et échanger des idées. Ce pays gagnera beaucoup à la suite d’une rencontre entre Kamto et Biya ».

L’ancien intervieweur notoire du président de la république attire l’attention de ce que : « … Le président Paul Biya n’est pas né président de la république, de même que le professeur Maurice Kamto n’est pas né professeur, les deux sont des Camerounais qui peuvent se rencontrer et parler du Cameroun. Il ne s’agit pas d’enfermer le professeur Kamto dans un endroit où il ne devrait pas être, et l’autre dans un palais où peut-être il ne devrait pas être… Écoutez, être président ce n’est pas seulement être à Etoudi, le président c’est dans le cœur, et en prison j’ai vu en Maurice Kamto, un président … ».

Il faut rappeler que Maurice Kamto, président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, principal parti politique de l’opposition, est arrivé second (résultats contestés) à l’élection présidentielle du 7 octobre 2018 au Cameroun. Il a été arrêté à la suite des marches dites « blanches », organisées le 26 janvier 2019, dans certaines grandes villes du pays, et incarcéré à la prison Kondengui de Yaoundé, avec trois autres présidents de partis politiques alliés (Christian Penda Ekoka d’AGIR/ACT, Paul Eric Kingue du MPCN, Albert Dzongang de la DRN), et plus d’une centaine de leurs militants.

Eric Chinje, journalistes très écouté et respecté au Cameroun, avait déjà écrit une lettre au président camerounais en février dernier, pour lui proposer des solutions de sortie de crises dans les régions anglophones du pays et la contestation post-électorale.

CHEF ABY/Africain info

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.