Publicité temporaire en_tête
Header ad

Burkina Faso : Un prête catholique et six fidèles trouvent la mort dans une attaque terroriste à Dablo

Burkina Faso : Un prête catholique et six fidèles trouvent la mort dans une attaque terroriste à Dablo
468×60 content ad
Le Burkina Faso a été choqué ce dimanche 12 mai 2019 par l’attaque d’une église à Dablo, dans la province du Sanmatenga, dans le nord du pays. Le bilan est de six morts, un prêtre catholique et six fidèles.

Et dire que seulement le samedi 11 mai 2019, le chef d’Etat du Burkina Faso présidait une réunion sur la défense nationale ! “J’ai présidé ce samedi le Conseil Supérieur de la Défense Nationale au cours duquel, nous avons passé en revue, les actions menées par les Forces de Défense et de Sécurité dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et le grand banditisme”, a déclaré Roch Marc Kaboré sur son compte Twitter.

Le lendemain dimanche, une attaque menée contre une église au nord du Burkina Faso a causé la mort de six personnes, à savoir, un prêtre catholique et si fidèles. “Vers 9 heures (heure locale, 11 heures à Paris), au cours de la messe, des individus armés ont fait irruption dans l’église catholique. Ils ont commencé à tirer alors que les fidèles essayaient de s’enfuir”, a confié Ousmane Zongo, le maire de Dablo à l’AFP.

Il a ajouté que ces hommes armés ont immobilisé “certains fidèles. Ils ont tué cinq. Le prêtre qui célébrait la messe a également été tué, portant à six le nombre de morts”. Puis ces assaillants dont le nombre varie entre vingt et trente “ont incendié l’église, puis des boutiques et un maquis (petit restaurant ou bar) avant de se rendre au centre de santé, où ils ont fouillé le local et incendié le véhicule de l’infirmier chef de poste”.

Après cette attaque, les habitants de la ville se sont enfermés chez eux. Les magasins et les commerces sont restés fermés et la peur a gagné la région. En deux mois, c’est la seconde fois qu’une église est attaquée au Burkina Faso. Fin avril, l’attaque d’une église à Silgadji (nord) avait fait cinq morts.

Il y a deux jours, quatre otages avaient été libéré au nord du Burkina grâce à une opération menée conjointement par l’armée française et l’armée burkinabè. Deux militaires français ont été tués lors de l’opération.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.