Publicité temporaire en_tête
Header ad

Au Soudan, la foule est déterminée à faire chuter Omar el-Béchir au pouvoir depuis 30 ans

Au Soudan, la foule est déterminée à faire chuter Omar el-Béchir au pouvoir depuis 30 ans
468×60 content ad
Le Soudan, 43 millions d’habitants, connaît depuis près de quatre mois des manifestations, dirigées initialement contre une hausse du prix du pain avant de se transformer en contestation du régime d’Omar el-Béchir, au pouvoir depuis 30 ans.

Pourquoi c’est important ? La foule reste déterminée. Elle était, ce mercredi pour la 5e journée consécutive, devant le QG de l’armée, dont les intentions, tout comme celles de la police, restent incertaines dans le rapport de force entre pouvoir et manifestants.

Omar el-Béchir va-t-il finir par tomber ? Une “annonce importante” de l’armée est attendue ce jeudi.

Qu’est-ce qui a provoqué la crise ?  L’étincelle de départ de la contestation a été la décision du gouvernement de tripler du prix du pain le 19 décembre.

-lire aussi- Hydrocarbures: Le Burkina Faso bientôt producteur de pétrole

A travers le pays, des milliers de Soudanais ont appelé au départ de M. Béchir, 75 ans et au pouvoir depuis près de 30 ans.

Refusant de démissionner, le président a tenté de réprimer la contestation par la force, puis a instauré le 22 février l’état d’urgence – et son cortège de mesures d’exception – à l’échelle nationale.

Le Soudan, amputé des trois quarts de ses réserves de pétrole depuis l’indépendance du Soudan du Sud en 2011, est confronté à une inflation de près de 70 % par an et fait face à un grave déficit en devises étrangères.

Le Soudan, pays de 43 millions d'habitants, est situé dans l'est de l'Afrique. Capture d'écran Google maps
Le Soudan, pays de 43 millions d’habitants, est situé dans l’est de l’Afrique. Capture d’écran Google maps

Que demandent les manifestants ? Réunis dans la capitale devant le QG de l’armée depuis samedi, des milliers de Soudanais demandent inlassablement la démission du président au pouvoir depuis trois décennies.

Qui est Omar el-Béchir ? Omar el-Béchir, 75 ans, est l’un des plus anciens dirigeants d’Afrique. Il est arrivé au pouvoir en 1989, après un coup d’Etat.

Le dirigeant soudanais est accusé de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis durant la guerre du Darfour par la Cour pénale internationale.

Pourquoi la situation pourrait basculer ? Agitant des drapeaux nationaux et entonnant des chansons révolutionnaires, les contestataires ont appelé l’armée à rejoindre leur mouvement de contestation.

Devant le QG de l’armée, la nuit de mardi à mercredi a été la première passée sans “menace” de la part des forces de sécurité.

“Il semble que la police soit avec nous aussi”, a estimé un manifestant. “Lorsque nous sommes venus la nuit dernière près du bâtiment de l’armée, nous avons vu de nombreux policiers mais ils ne nous ont pas arrêtés.”

A Khartoum ce mardi.

Mardi, la police avait annoncé avoir ordonné à ses forces de ne pas intervenir contre les contestataires. Elle a aussi dit vouloir l’union du “peuple soudanais (…) pour un accord qui soutiendrait un transfert pacifique du pouvoir”.

Concernant les militaires, leurs intentions restent pour l’instant inconnues. Dans un communiqué publié ce lundi, le général Kamal Abdelmarouf, chef d’état-major de l’armée, a précisé que celle-ci continuait “d’obéir à sa responsabilité de protéger les citoyens”.

Pour les analystes, la question est surtout de savoir si cette “transition pacifique” passera par l’émergence d’un gouvernement civil ou l’arrivée au pouvoir d’un dirigeant militaire qui bénéficiera du soutien de la population.

Combien y a-t-il de victimes ? Le nouveau bilan communiqué ce mercredi par le porte-parole du gouvernement porte à 43 le nombre de personnes tuées depuis le début du mouvement en décembre, selon les autorités. Des ONG l’estiment plus élevé, et avaient évoqué 51 manifestants tués avant le regain de la mobilisation samedi.

Selon Sadek al-Mahdi, à la tête du principal parti d’opposition, des hommes armés portant des masques ont tué 20 personnes depuis le regain de manifestations samedi.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.