Publicité temporaire en_tête
Header ad

À Istanbul, l’opposition relève le défi

À Istanbul, l’opposition relève le défi
468×60 content ad
Ekrem Imamoglu, le vainqueur du scrutin municipal annulé sous la pression d’Erdogan, repart en campagne.

De notre correspondante à Istanbul

Dans la Turquie d’Erdogan, le meilleur des romans d’anticipation aurait bien de la peine à prédire les soubresauts de la sombre réalité stambouliote. Lundi soir, la Commission électorale turque a fini par trancher au terme de longues tergiversations: le scrutin municipal d’Istanbul du 31 mars a été annulé, au profit d’un nouveau vote, le 23 juin. Mais la suite de l’histoire est loin d’être écrite d’avance: l’organisation de nouvelles élections, sous la pression du parti du président turc, qui refuse de céder son pré carré, pourrait a contrario galvaniser encore plus l’opposition, et renforcer la popularité du jeune vainqueur déchu, Ekrem Imamoglu.

«Nous avons soif de justice, nous sommes la jeunesse turque qui croit en la démocratie. Les décideurs de ce pays sont peut-être dans l’ignorance, l’erreur ou même la trahison, mais nous n’abandonnerons jamais», a-t-il scandé, dès lundi soir, face à un parterre noir de monde. Avant d’ajouter: «Nous ne laisserons pas une … lire la suite sur lefigaro.fr

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.